alcôve


alcôve

alcôve [ alkov ] n. f.
• 1646; esp. alcoba, ar. al-qubba « petite chambre »
Enfoncement ménagé dans une chambre pour un ou plusieurs lits, qu'on peut fermer dans la journée.
Hist. littér. Partie de la chambre où les Précieuses tenaient salon. ruelle.
Spécialt Lieu des rapports amoureux. Les secrets de l'alcôve. Des histoires d'alcôves. Britannicus est « une comédie d'alcôve se terminant en drame de Zola » (Faguet).

alcôve nom féminin (espagnol alcoba, de l'arabe al-qubba, petite chambre) Renfoncement dans le mur d'une chambre, où l'on place un ou plusieurs lits. ● alcôve (difficultés) nom féminin (espagnol alcoba, de l'arabe al-qubba, petite chambre) Genre Féminin : une alcôve profonde. ● alcôve (expressions) nom féminin (espagnol alcoba, de l'arabe al-qubba, petite chambre) Littéraire. Histoire, secret d'alcôve, relatifs à la vie intime, amoureuse.

alcôve
n. f. Renfoncement pratiqué dans une chambre pour y placer un lit.
|| Les secrets de l'alcôve, de la vie intime d'un couple.

⇒ALCÔVE, subst. fém.
A.— Anc. Partie de la chambre où les Précieuses du XVIIe siècle recevaient et tenaient salon. Tenir alcôve.
P. ext., littér. Lieu de discussions littéraires quelque peu confidentielles :
1. ... il était las de n'entendre parler que de littérature, — acteurs, auteurs, éditeurs, bavardages de coulisses ou d'alcôves littéraires ...
R. ROLLAND, Jean-Christophe, La Foire sur la place, 1908, p. 675.
B.— Enfoncement pratiqué dans une chambre pour y mettre un ou plusieurs lits :
2. J'ai mis là un lit, dit Grindot en dépliant les portes d'une alcôve habilement cachée entre les deux bibliothèques. Vous ou Madame vous pouvez être malade, et alors chacun a sa chambre.
H. DE BALZAC, César Birotteau, 1837, p. 199.
3. Une alcôve pour mon lit, un large cabinet pour le travail, faisant face au cabinet des muses, une belle lumière, le silence du jardin, un pan plus large du ciel pour horizon, parce que je dominais un peu les toits du couvent, faisaient de cette chambre de ma jeunesse une solitude à la fois sereine et recueillie.
A. DE LAMARTINE, Nouvelles Confidences, 1851, pp. 27-28.
4. Il faisait nuit lorsqu'il s'éveilla. Transi de froid, il se tourna et se retourna sur sa couche, fripant et roulant sous lui sa blouse noire. Une faible clarté glauque baignait les rideaux de l'alcôve. S'asseyant sur le lit, il glissa sa tête entre les rideaux.
ALAIN-FOURNIER, Le Grand Meaulnes, 1913, p. 78.
5. L'Hôtel des Vagues (...) est très vieille France aussi par sa cave fort convenable et je ne sais quelle bonhomie provinciale dans l'arrangement des massifs du jardin, le charmant bric-à-brac des couloirs. Il m'est même échu en partage un délicieux appartement bas-breton avec panneaux de lit clos, alcôve, hautes tentures d'étoffes et lit à baldaquin...
J. GRACQ, Un Beau ténébreux, 1945, p. 40.
P. ext. Lieu des rapports amoureux. Secrets d'alcôves, confessions d'alcôve :
6. Là où le journalisme n'éponge pas les petits faits, les grands mensonges, les événements de la rue, la chronique de la maison, les indiscrétions de l'alcôve, chacun est une ligne vivante du journal que l'arrondissement n'a pas encore.
L. GOZLAN, Le Notaire de Chantilly, 1836, p. 236.
7. « ... Ni les satisfactions de l'amour-propre, ni celles que procure la fortune, ni les fiévreuses pamoisons étouffées sous les rideaux lourds des alcôves mystérieuses, rien ne vaut et n'égale cette joie honnête et calme, ce légitime contentement de soi-même que le travail donne aux laborieux comme un premier salaire. »
H. MURGER, Scènes de la vie de bohème, 1851, p. 275.
8. Daniel Salomon, qui s'était joint à eux, leur soufflait à l'oreille, de sa voix chaste, des secrets d'alcôve. Et, à chaque révélation étrange sur Madame Raymond, sur Madame Berthier d'Eyzelles et sur la princesse Seniavine, il ajoutait négligemment : — tout le monde le sait.
A. FRANCE, Le Lys Rouge, 1894, p. 13.
9. La dernière Parisienne, qui s'appelait, je crois, Sarah, circulait entre les pétales et les porcelaines de son petit musée d'hôtel. Elle régnait. Je me pensais revenu aux temps où selon un oncle à moi, les rois se glissaient, déguisés, mal rasés et mal chaussés, dans les alcôves où les cocottes de 1900 les réduisaient à l'état de jouets.
L.-P. FARGUE, Le Piéton de Paris, 1939, p. 186.
Rem. Épithètes le plus fréquemment rencontrées sombre, profonde, obscure, mystérieuse, tiède, géante.
Prononc. ET ORTH. — 1. Forme phon. :[alko:v]. — Rem. FÉR. 1768 et FÉR. Crit. t. 1 1787, s.v. alcove (sans accent circonflexe), font observer que la 2e syllabe est brève. La durée longue est signalée à partir de LAND. 1834. LITTRÉ : ,,Le dictionnaire grammatical de 1784 dit que l'o est bref : al-ko-ve. Aujourd'hui il est long.`` FÉR. Crit. t. 1 1787 remarque que RICH. emploie parfois le mot au masc. (cf. aussi LITTRÉ : ,,quelques gens font mal à propos alcôve masculin``). Enq. :/alko2v, D/. 2. Dér. et composés : alcoviste.
Étymol. ET HIST. — 1646 (BOISROBERT, Epitre à Mme de Motteville, 2, 235, v. 46, STFM ds QUEM. t. 1 1959 : Quoi! Pourroit-elle, estant si bien en Cour, Perdre avec nous un seul moment du jour, Et nous chercher, apres s'estre trouvée Dedans l'Alcove en la chambre privée?).
Empr. à l'esp. alcoba, d'abord attesté dep. 1202 au sens de « endroit où l'on fait le pesage public » (Fuero de Madrid, p. 52 ds AL. 1958, s.v.) dep. 1272-84 au sens de « coupole » (ALFONSO X EL SABIO, General Estoria, d'apr. COR. t. 1 1954) et dep. le début XVIe s. au sens de « enfoncement pratiqué dans une chambre pour y placer un lit » (d'apr. COR., loc. cit.; cf. en 1620, L. FRANCIOSINI, Vocabulario español e italiano ds GILI t. 1 1960 : alcoba o alcoua, camera che si fà dal trasmezzar una sala, e è per uso de tenerui il letto), de l'ar. al qubba, proprement « coupole », puis « petite chambre contiguë » dep. le XIVe s. (d'apr. COR.). Voir BRUNOT t. 3, 1, p. 223; NYROP t. 1, p. 90; SCHMIDT 1914, pp. 50-51; RUPP. 1915, p. 236.
STAT. — Fréq. abs. litt. :549. Fréq. rel. litt. :XIXe s. : a) 478, b) 1 675; XXe s. : a) 791, b) 553.
BBG. — BAULIG 1956. — BÉL. 1957. — BOISS.8. — CHABAT t. 1 1875. — DAIRE 1759. — FÉR. 1768. — GOUG. Lang. pop. 1929, p. 94. — Lar. mén. 1926. — PRÉV. 1755. — THOMAS 1956.

alcôve [alkov] n. f.
ÉTYM. 1646, Boisrobert (→ cit. 0.1); esp. alcoba « pesage public » (1202), puis « dôme, coupole » (v. 1280); sens mod. déb. XVIe; arabe (’)ăl qŭbbǎh « coupole », puis « petite chambre contiguë » (XIVe).
tableau Mots français d'origine arabe.
1 Enfoncement ménagé dans une chambre pour un ou plusieurs lits, qu'on peut fermer dans la journée. || Alcôve fermée de rideaux. || Lit clos dans une alcôve.REM. Le mot s'est introduit dans le vocabulaire précieux, au XVIIe s. (cit. 1 et 2), d'où le sens 2.
0.1 Quoi ! Pourroit elle, estant si bien en Cour,
Perdre avec nous un seul moment du jour
Et nous chercher, après s'estre trouvée
Dedans l'Alcove en la chambre privée ?
Boisrobert, Épître à Mme de Motteville, 2, 235, in D. D. L. (1646).
1 Ne vous étonnez pas de ce mot d'alcôve; c'est une invention moderne.
La Fontaine, Psyché, I.
2 Dans le réduit obscur d'une alcôve enfoncée
S'élève un lit de plume à grands frais amassée.
Boileau, le Lutrin, I.
2 Hist. de la littér. Partie de la chambre où les Précieuses recevaient et tenaient salon littéraire. Ruelle. || Tenir alcôve.Salon littéraire confidentiel.
REM. Dans ce sens, le mot a eu un dérivé (1660, Somaize) : alcôviste, n. m., « bel esprit fréquentant les alcôves ».
3 Spécialt et absolt. || (L'alcôve, d'alcôve). Lieu des rapports amoureux, érotiques. Lit. || Les histoires, les indiscrétions, les secrets de l'alcôve. || Secrets d'alcôve. || Dans la pénombre de l'alcôve.
3 Britannicus est une tragédie bourgeoise, une intrigue de cour, une comédie d'alcôve se terminant en drame de Zola.
Émile Faguet, XVIIe s., Études littéraires, p. 313.
Vieilli. || Une alcôve : le lieu où une femme reçoit des hommes. || L'alcôve d'une demi-mondaine.REM. Le mot, dans cet emploi, est plus ou moins lié à la réprobation bourgeoise envers les « femmes de mauvaise vie » et à un mode de vie « fin de siècle ».

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • alcôve — ALCÔVE. s. f. Enfoncement pratiqué dans une chambre pour y placer un lit. Alcôve dorée. Une belle alcôve. Une alcôve magnifique …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Alcove — Al cove (?; 277), n. [F. alc[^o]ve, Sp. or Pg. alcoba, from Ar. al quobbah arch, vault, tent.] 1. (Arch.) A recessed portion of a room, or a small room opening into a larger one; especially, a recess to contain a bed; a lateral recess in a… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Alcove — ist der Name zweier Flüsse in den Vereinigten Staaten: Alcove Brook, ein Fluss im US Bundesstaat Colorado Alcove Creek, ein Fluss im US Bundesstaat Montana Diese Seite ist eine Begriffsklärung zur Unterscheidung mehrerer mit demselben Wort… …   Deutsch Wikipedia

  • alcove — ALCOVE. s. m. & f. mais plus ordinairement feminin. Endroit dans une chambre separé du reste où l on place d ordinaire le lit. Alcove doré. belle alcove …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Alcove — (through the Spanish, alcova , from the Arabic, al , the, and quobbah , a vault) is an architectural term for a recess in a room, usually screened off by pillars, balustrade or drapery.Usage : Though their apartment lacked a dining room, an… …   Wikipedia

  • alcove — (n.) 1670s, vaulted recess, from Fr. alcôve (17c.), from Sp. alcoba, from Arabic al qobbah the vaulted chamber, from Semitic base q b b to be bent, crooked, vaulted …   Etymology dictionary

  • alcove — index chamber (compartment) Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • alcove — [n] nook, secluded spot anteroom, bay, bower, compartment, corner, cubbyhole, cubicle, niche, recess, study; concepts 440,448,513 …   New thesaurus

  • alcove — ► NOUN ▪ a recess, typically in the wall of a room. ORIGIN French, from an Arabic word meaning «the vault» …   English terms dictionary

  • alcove — [al′kōv΄] n. [Fr < Sp alcoba < Ar al qubba < al, the + qubba, arch, vault, dome] 1. a recessed section of a room, as a breakfast nook 2. a secluded bower in a garden; summerhouse …   English World dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.